Cinq athlètes du Club Victoire étaient en action à Moncton

En levée de rideau, Élise Robitaille s’est mesurée à Lily Brown, du club F.I.S.T de Moncton. « Les deux combattantes en sont encore à leur début dans ce sport et la nervosité risque à tout moment de prendre le dessus sur leur concentration. La cloche sonne et l’on se rend rapidement compte que Lily est une battante, le genre de fille qui ne compte jamais reculer, peu importe l’adversité en face d’elle. Elle fonce sans cesse sur Élise et frappe sans relâche forçant notre jeune boxeuse à se déplacer constamment. J’avais hâte de voir comment elle réagirait sous la pression, chose qui n’est pas facile à 12 ans. Elle a utilisé les outils qui étaient à sa portée, déplacement, frappe rapide et encore déplacement. Elle a su gérer la pression et contrôler ses émotions, tout en démontrant de très belles capacités. Une démonstration de boxe très serrée qu’il aurait été difficile à départager si l’on avait eu à choisir une gagnante », commente son entraîneur, Jean-François Chiasson.

De gauche à droite : Maxime Bérubé (entraîneur-adjoint), Pierre-Alexis Gagnon, Viviane D’Astous, Elise Pitre, Elise Robitaille, Cedric Boulanger et Jean-François Chiasson, entraîneur-chef.

Immédiatement après, Pierre-Alexis Gagnon affrontait Noah Michaud, de Rivière-du-Loup. « Le combat fut difficile pour Pierre-Alexis, Noah boxait avec les mains larges et il attaquait constamment avec une lourde main arrière qui parvenait souvent à pénétrer la défensive de notre boxeur. Cependant, il est resté debout et a su démontrer toute sa force de caractère, et ce même après avoir encaissé de puissantes attaques. Il s’est malgré tout démarqué par la précision de ses attaques, s’il était parvenu à lancer plus de coups le combat aurait très bien pu tourner en sa faveur. Une première défaite, qu’on pourrait qualifier de constructive pour Pierre-Alexis », analyse M. Chiasson.

Élise Pitre, en préparation pour les championnats canadiens de boxe à la fin mars en Alberta, avait la chance d’affronter la championne du Nouveau-Brunswick qui sera également présente en Alberta, Naomi Brown, dans un combat démonstration pour éviter les blessures.

Cédric Boulanger est monté dans le ring pour affronter Anthony Caron, de Rivière-du-Loup, un boxeur courageux qui en était à ses débuts dans l’arène. « L’expérience de Cédric lui a été bénéfique. Ses déplacements et ses combinaisons étaient efficaces. Il a bien coupé le ring en forçant toujours son adversaire à reculer, rendant sa main arrière moins efficace », mentionne son coach.

Baptême du ring

La soirée s’est terminée avec le baptême du ring de deux boxeuses. Viviane D’Astous affrontait une fille plus jeune, mais passablement plus lourde de Rivière-du-Loup, en Tania Dumont. « Le stress était énorme dans les deux camps. La portée de Tania allait être un problème pour notre boxeuse, cependant si Viviane parvenait à rentrer à l’intérieur sa main arrière pourrait faire des ravages. Le combat fut brutal et enflammé, les émotions étaient palpables avant, pendant et longtemps après le combat. Viviane qui ne boxe que depuis septembre, à démontrer tout son courage, tout son talent et toute sa fougue. Elle a prouvé à tout le monde qu’elle avait sa place dans un ring. Comme il s’agissait d’une démo en raison de la différence de poids et d’âge, les deux boxeuses sont considérées comme gagnantes. Un combat qui selon moi aurait été difficile à départager », souligne Jean-François Chiasson.